Dimanche 9 février 2020 – AccorHotels Arena Paris (France)
-70kg, -78kg, +78kg F et -81kg, -90kg, -100kg, +100kg M

19h50. +100kg : Grol surprend Kageura 
Vainqueur de Teddy Riner plus tôt dans la journée, on se disait que Kokoro Kageura avait le bon “modjo” pour aller au bout ce dimanche. Finalement ce ne fut pas le cas, empêché par le Hollandais Grol qui le battait sur un très surprenant, car lancé sur place, o-uchi-gari annoncé waza-ari puis modifié en ippon par la table. Le Japonais se prenait la tête à deux mains : si il bat Riner aujourd’hui, il ne s’impose pas, ce qui aurait été un message très fort dans la course à la titularisation nipponne dans cette catégorie de poids.
En bronze, le toujours très intéressant à suivre Inal Tasoev qui place un waki-gatame (au sol) au Géorgien Zaalishvili et le Cubain andy Granda qui réussit à faire tomber Rafael Silva sur un o-uchi-gari au golden score.

19h25. +78kg : Dicko trop forte ! 
Dans cette finale de la dernière catégorie féminine du tournoi, le combat a été à sens unique. Plus puissante, plus rapide, Romane Dicko était tout simplement très au-dessus de la Biélorusse Maryna Slutskaya, n°8 mondiale. Totalement dominée physiquement dès que la Française avait son bras droit placé, la Biélorusse ne put rien contre le harai-goshi que lui administra la Tricolore pour s’offrir son premier Grand Chelem parisien ! La locomotive Dicko est désormais lancée à plein régime avec cette seconde victoire en deux semaines, après celle obtenue au Grand Prix d’Israël. Sur la troisième marche du podium, la Portugaise Nunes et la Brésilienne Souza.

19h00. -100kg : Paltchik, première
Une nouvelle finale où l’arbitrage aura été malheureusement décisif. En effet, Varlam Liparteliani, le capitaine de l’équipe masculine géorgienne se voyait attribuer un hansokumake direct, après 5 minutes de combat, sur un uchi-mata où les superviseurs estimaient qu’il y avait un “diving” (plongée sur la tête). Une action peu claire où la décision peut éventuellement s’entendre. Ce qui l’est beaucoup moins, c’est la gestion des pénalités vis-à-vis des deux combattants puisque durant le combat l’Israélien, vainqueur du GP de Tel-Aviv il y a deux semaines, a attaqué…une fois. Certes, les initiatives de Lipo étaient parfois de fausses attaques (qui elles étaient sanctionnées). Mais sur son uchi-mata, le Géorgien a plusieurs fois fortement destabilisé l’Israélien. Une nouvelle finale ce dimanche lors de laquelle le judo ne sort pas gagnant. En bronze, le Hollandais Korrel et le Russe Adamian.

18h35. -78kg : Malonga en or, l’arbitrage en question
Elles étaient trois Françaises lors du bloc final de cette catégorie. En finale, Madeleine Malonga et Fanny-Estelle Posvite, les deux leaders de la catégorie. Une finale où la personne qui aura tenu la vedette aura été, malheureusement, l’arbitre. Sanctionnant les deux Françaises au même moment pour passivité, il infligeait ensuite une seconde pénalité à Posvite (vainqueur du Masters 2019) pour défense excessive. Une pénalité assez incompréhensible qui faisait le décalage. Une séquence plus tard et une nouvelle pénalité pour chacune et voilà une finale gâchée par un arbitrage qui qui aura n’aura absolument pas laissé la possibilité aux deux judokates de décider par elles-mêmes le sort de ce combat. Une victoire de la combattante de l’ESBM Judo qui fait donc le doublé après 2019.
Pour la troisième place, Audrey Tcheuméo retrouvait la très tonique cubaine Kaliema Antomarchi, vainqueur du Grand Chelem de Brasilia 2019. Un beau duel physique. A mi-combat la Cubaine lançait un o-uchi-gari que la vice-championne olympique cherchait à contrer. Mais Antmarchi faisait bien pivoter ses hanches pour revenir face à la Tricolore et la faire tomber sur la tranche. Un waza-ari qu’elle conservera jusqu’au bout des cinq minutes. Cinquième place donc pour Audrey Tcheuméo.

18h10. -90kg : Sherazadishvili mate Nagasawa
Champion du monde 2018, l’Espagnol, dès le début de cette finale face au Japonais Kenta Nagasawa, montrait qu’il attendait le uchi-mata ravageur de son adversaire. Attentif, Sherazadishvili attaquait une première fois…pour ippon. Un o-goshi classique mais sur lequel le Japonais ne pouvait rien.

18h00. -90kg : Clerget en bronze 
Il sera l’unique médaillé masculin français du week-end. Et visiblement, cette 3e place lui fait extrêmement plaisir puisqu’Axel Clerget communiait avec beaucoup de passion avec le public. Une victoire acquise aux pénalités contre le Hollandais champion du monde en titre Noel Van T End. Un Hollandais qui ne comprenait pas la dernière pénalité qui lui était infligée pour sortie de tapis alors qu’il était “tassé” en bordure par le double médaillé mondial français. Un étonnement pas forcément injustifié pour conclure ce combat entre deux des cadors de la catégorie.

17h50. -70kg : Ono fait le doublé avec classe, Gahié surprise
Les combats nippo-japonais sont rarement très ouverts du fait que chaque combattant connaît l’autre sur le bout des doigts. C’est exactement ce qu’il s’est passé pendant quatre minutes entre Yoko Ono et Saki Niizoe. Et puis l’éclair ! Un ippon-seoi-nage à droite debout très spectaculaire qui surprenait totalement Niizoe, la montait pour la plaquer sur le dos. Doublé de Yoko Ono ici à Paris. Rappelons qu’elle a aussi remporté le Grand Chelem d’Osaka et va revenir sur les talons de Chizuru Arai, al n°1 japonaise, à la ranking-list.
Pour le bronze, Marie-Eve Gahié recontrait la Suédoise Bernohlm. Un combat que la championne du monde tricolore débutait bien. Mais sur une action où elle se retrouvait à quatre pattes, la Suédoise gardait le bras gauche de Gahié pour la mettre sur le dos et lui administrer un juji-gatame imparable. Cinquième place donc la Française, comme l’année dernière.

17h25. -81kg : Casse fera résonner la Brabançonne
Première catégorie de ce bloc final et il faut le dire : ça débute très timidement au niveau du judo. En effet, en finale le Belge Mathias Casse, vice-champion du monde 2019 bat l’Ouzbek Boltaboev aux pénalités lors d’un combat qui n’aura soulevé pratiquement aucun enthousiasme.
Idem pour le combat pour le bronze sur le tapis n°2 où le Canadien Valois-Fortier s’impose lui aussi par hansoumake. Seul le Japonais Fujiwara marque une valeur, au golden score alors que le score était à deux shidos partout.

Finales du jour
Masculins
:
-81kg : Sharofiddin BOLTABOEV (UZB) – Matthias CASSE (BEL)
-90kg
: Nikoloz SHERAZADISHVILI (ESP)/Kenta NAGASAWA (JPN)
-100kg : Peter PALTCHIK (ISR)/Varlam LIPARTELIANI (GEO)
+100kg : Kokoro KAGEURA (JPN)/Henk GROL (NED)

Féminines :
-70kg : Saki NIIZOE (JPN)/Yoko ONO (JPN)
-78kg : Madeleine MALONGA (FRA)/Fanny-Estelle POSVITE (FRA)
+78kg : Romane DICKO (FRA)/Maryna SLUTSKAYA (BLR)

VIDEO – La réaction de Teddy Riner après sa défaite
contre le Japonais Kokoro Kageura 

15h10. +78kg. Dicko en finale ! 
Seconde finale consécutive sur le circuit IJF pour Romane Dicko (ESBM Judo). Mais là, ça sera à Paris, devant le public français et pour les 1000 points d’un Grand Chelem. En effet, la vainqueur du Grand Prix d’Israël bat la Brésilienne Altheman dans un affrontement à coup de garde croisée à droite. Sur une attaque de la judokate panaméricaine, la Française bloquait puis contrait pour envoyer Altheman sur le dos. En finale, Dicko affrontera Maryna Slutskaya, en or à domicile lors des derniers Jeux européens à Minsk.

14h45. -70kg. Gahié combattra pour le bronze
Toujours très impactante, Marie-Eve Gahié n’aura pourtant pas trouvé la solution pour battre Saki Niizoe. Plus puissante que la Nippone, Gahié mettait la pression mais à mesure que le combat avançait Niizoe arrivait à dégager son épaule gauche et plaçait deux uchi-mata à gauche à la Française. Finale 100% japonaise dans cette catégorie puisque Yoko Ono s’impose contre la Portugaise Timo, vice championne du monde, au sol. Gahié rencontrera la Suédoise Bernholm.

14h30. -78kg : Malonga/Posvite pour l’or
Dans la demi-finale 100% française de la catégorie, Madeleine Malonga prend rapidement le dessus sur Audrey Tcheuméo avec un o-soto-otoshi au bout de trente secondes pour ippon. Dans l’autre demi-finale, Fanny-Estelle Posvite bat avec autorité Klara Apotekar.

14h15. Les demi-finales en -70kg -81kg et -100kg et +100kg

-70kg : Marie-Eve GAHIE (FRA)/Saki NIIZOE (JPN)
Barbara TIMO (POR)/Yoko ONO (JPN)

-81kg : Sotaro FUJIWARA (JPN)/Sharofiddin BOLTABOEV (UZB)
Mathias CASSE (BRL)/Anri EGUTIDZE (POR)

-100kg : Michael KORREL (NED)/Peter PATCHIK (ISR)
Varlam LIPARTELIANI (GEO)/Arman ADAMIAN (RUS)

+100kg : Henk GROL (NED)/Gela ZAALISHVILI (GEO)
Kokoro KAGEURA (JPN)/Rafael SILVA (BRA)

14h10. Gahié évite le piège Howell et file en demie
Superbe combat entre Marie-Eve Gahié et Gemma Howell, avec de très forts passage en ne-waza de chaque côté. Mais c’est bien la Française qui marque le waza-ari décisif et donc retrouvera Saki Niizoe en demi-finale.

14h00. Les demi-finales du jour en +78kg et -90kg


+78kg : Rochelle NUNES (POR)/Maryna SLUTSKAYA (BLR)
Romane DICKO (FRA)/Beatriz SOUZA (BRA)

-90kg : Nikoloz SHERAZADISHVILI (ESP)/Mammadli MEHDIYEV (AZE)
Noel VAN T END (NED)/Kenta NAGASAWA (JPN)

13h55. -90kg. Clerget en repêchages contre Ozerler
Grosse baston entre Axel Clerget et Nikoloz Sherazadishvili, le champion du monde 2018. Une bataille au kumikata de tous les instants. Si le Français se montrait dangereux sur deux tentatives de ko-uchi makikomi, l’Espagnol marque à la dernière seconde du temps réglementaire sur un sode-tsuri-komi-goshi. Le double médaillé mondial ira donc en repêchages contre le Turc Ozerler.

13h40. -78kg : demi-finales :
Madeleine MALONGA (FRA)/Audrey TCHEUMEO (FRA)
Klara APOTEKAR (SLO)/Fanny-Estelle POSVITE (FRA)

13h30. -78kg : Malonga, Posvite et Tcheuméo en demi-finale
Voilà une catégorie où la victoire a, normalement, de grandes chances d’être française à la fin de la journée. En effet, trois des quatre représentants tricolores seront en demi-finale : la championne du monde en titre, Madeleine Malonga, qui ne traîne pas depuis ce matin sur le tatami avec une victoire expéditive contre la Russe Schmeleva; Fanyy-Estelle Posvite, 3e à Osaka et vainqueur du Masters qui place une clé de bras à la Cubaine Antomarchi (sur laquelle l’arbitre est particulièrement mal placé) et Audrey Tcheuméo qui bat la Japonaise Umeki sur un o-uchi-gari ken-ken avant de ocnserver (difficilement) son avantage.

13h14. +100kg. Riner battu ! 
On sentait depuis ce matin que Teddy Riner, l’immense champion, n’était pas dans un jour optimal. On pressentait que peut-être une défaite pouvait arriver. Et bien c’est arrivé ! Opposé au Japonais Kageura, un gaucher plus petit que lui (le troisième de la journée) et qui avait failli faire tomber Riner au Brésil sur un ko-uchi-gari, le Français choisissait d’essayer de marquer sur ses mouvements de jambe. S’il faillit le faire, il se fit aussi une petite frayeur sur une tentative de sukashi du Japonais. Un combat qui allait jusqu’au golden score sans aucune pénalité. C’est alors que la foudre s’abattait sur l’AccorHotels Arena. Sur une tentative d’uchi-mata de Riner, Kageura plaçait un magnifique sukashi compté waza-ari. Invincible depuis près de dix ans et 154 combats, le double champion olympique est battu, par un Nippon comme lors de sa dernière défaite en 2010.

13h05. Gahié/Howell en quart de finale, Pinot sortie
C’est sur un tani-otoshi supersonique que la championne du monde en titre, Marie-Eve Gahié, scelle sa victoire sur la dangereuse Italienne Bellandi. Un waza-ari que la Française suit en immobilisation finalement pas validée car les judokates se retrouvaient dans les panneaux publicitaires situés entre le tapis n°2 et 3. En quart de finale, Gahié retrouvera la Britannique Gemma Howell. C’est fini en revanche pour Margaux Pinot, battue aux pénalités par la Grecque Teltsidou.

13h00. Plus de Français en -100kg
Sur le tapis n°3, Cyrille Maret se voyait opposer un gros morceau en la personne de Michael Korrel, n°1 mondial et vainqueur du Masters 2019. Ce dernier marquait sur un eri-seoi-nage qui bloquait le poignet du médaillé olympique. Un avantage que le Hollandais gérait jusqu’au gong final. Clément Delvert, de son côté pourra avoir beaucoup de regrets. Clairement dans une bonne “vibe”, le combattant du FLAM 91 qui menait d’un waza-ari sur le letton Borodavko se fait piquer au sol pour le compte.

13h00. Dicko en quart de finale face à Ceric
Combat parmi les plus rapides de la journée pour Romane Dicko contre l’Américaine Williams avec un ippon sur o-uchi-makikomi en quelques secondes. En 1/4 de finale la championne d’Europe 2018 et vainqueur du Grand Prix d’Israël il y a deux semaines retrouvera la Bosnienne Ceric, 5e à Tel-Aviv et 7e aux championnats du monde 2019. Elle est la dernière +78kg en lice après l’élimination de Léa Fontaine (SGS Judo) face à la Brésilienne Altheman.

12h47. -81kg. Djalo en huitième, Chilard et Joubert à la trappe
Opposé au modeste Estonien Toniste (55e mondial), Alpha Djalo se montre toujours le premier sur l’attaque. Il trouve finalement la solution au golden score sur un ippon-seoi-nage à droite. Au prochain tour, le niveau va monter de plusieurs crans puisque ce sera le Belge Casse, vice-champion du monde en titre. Nicolas Chilard et Quentin Joubert ne verront malheureusement pas le tour suivant. Le premier est battu par le Moldave Zaborosciuc et le second par l’Ouzbek Boltaboev, après un combat où le Français aura eu le mérite de revenir au score avant de céder lors du golden score.

12h00. +100kg. Riner, seul Français encore en lice
Soupe à la grimace chez les lourds français puisque presque au même moment, Emre Sanal, Luka Lomidze et Joseph Terhec se font éliminer.
Le premier par le Brésilien Silva, médaillé olympique, sur un uchi-mata à droite. Le second, par le Sénégalais N’Diaye sur une liaison debout-sol, le dernier par l’Egyptien Wahid aux pénalités. Et Teddy Riner ? Plus sur l’attaque, il trouve la solution face à l’Autrichien Hegyi au golden score sur un sumi-gaeshi/uki waza. Un adversaire qui aura, lui aussi, beaucoup tenté face au double champion olympique français, plus en jambe que lors de son premier combat avec de jolies tentatives en harai-goshi et uchi-mata.

11h30. Ça s’accélère à l’AccorHotels Arena ! 
En -100kg, Cyrille Maret s’impose très facilement face à l’Australien Koster sur un retournement en “Reiter”. Belle surprise avec la victoire de Clément Delvert face à Kentaro Iida (vainqueur du Grand Chelem d’Allemagne et du Brésil en 2019), d’une nonchalance coupable qui le prive de toute chance, c’est désormais sûr, d’être le Japonais à Tokyo dans quelques mois. Le Français place son ura-nage pour un waza-ari puis résiste bien à l’accélération nipponne. Delvert qui semble vraiment dans un bon jour. Toujours en -100kg, Haga monte sur sa jambe gauche l’Azerbaïdjanais Gasimov, sur un uchi-mata identique à celui qu’il avait placé à Cédric Olivar. À suivre aussi le Russe Armen Adamian qui ipponise Zelym Kotsoiev sur son ko-uchi-gari.
En +78kg, Romane Dicko bat la Néerlandaise Savelkouls qui, sur une action en bordure de la Française qui menait waza-ari, se blesse gravement au genou. Une image un peu choc que la Française ne voulait pas regarder en sortant du tapis.
Enfin, en -70kg, ça passe aisément pour Margaux Pinot grâce à son ko-uchi-makikomi à gauche et pour Marie-Ève Gahié face à la Néerlandaise Jager.

10h50. -81kg : Joubert c’est oui, Keita c’est non
Quentin Joubert (SGS Judo), champion de France en titre, pour son premier combat, ne craque pas face à la pression physique du Mongol Nyamsuren pour finalement le contrer en o-uchi-gaeshi au golden score. Sur le tapis n°1, Ibrahim Keita (FLAM 91) livre une grosse baston face à Vladimir Akhalkatsi, champion du monde juniors 2019 (il est junior 3e année depuis janvier). Un judoka géorgien qu’il va falloir suivre de près dans l’optique de Paris 2024. Un combat au corps-à-corps lors duquel Akhalkatsi ouvre les hostilités avec un premier waza-ari sur un contre. Mais Keita ne lâche rien et revient à égalité sur…un contre. Mais c’est finalement le Géorgien qui passe arrachant le Français pour le mettre sur la barre d’épaules.

10h35. -81kg. Ça passe our Djalo, Chilard n’a pas craqué
C”est aux pénalités qu’Alpha Djalo (JC Chilly Mazarin Morangis) passe l’Egyptien Abdelaal. Quelques minutes après, Nicolas Chilard s’impose de la même manière mais après avoir résisté à toutes les tentatives de clé de bras du Brésilien Schmidt, dont une sur laquelle on se demande encore comment le Français n’a pas tapé alors que le bras était tendu. Sans doute faut-il chercher dans la belle détermination du Breton et de bonnes bases en ne-waza chez Chilard (l’un des meilleurs masculins dans ce domaine avec Clerget). En tout cas, le public a apprécié cette volonté de ne pas abandonner à sa juste valeur.

10h10. +100kg : Riner passe dans la douleur
Cela restera, quoiqu’il arrive comme l’un des moments de la journée. Après sept ans d’absence, Teddy Riner, le décuple champion du monde et double champion olympique remontait sur le tatami de l’AccorHotels Arena. Face à lui, le Hongrois Sipocz, médaillé de bronze aux championnats du monde juniors 2019. Un petit gaucher (le profil qui a toujours gêné Riner) qui va jouer crânement sa chance tout au long d’un combat où il tentera de destabiliser le colosse français avec son ko-soto-gari son uchi-mata et un mouvement d’épaule. Une rencontre que le jeune Hongrois perdra finalement au golden score, trois pénalités à deux. Et Riner dans tout ça ? Très appliqué et patient au départ, il aura finalement peu tenté, n’imposant pas le rythme, se montrant même étonnamment lent. Les conséquences d’un état de stress chez le géant français ? Son prochain combat contre l’Autrichien Hegyi, nous en dira certainement plus sur la forme du jour du judoka du PSG Judo.
Dans la même catégorie, Emre Sanal (Nice Judo), vice champion de France 2019, passe le Serbe Dragic aux pénalités.

09h55. -70kg : Heleine continue sa route, Emé reste à quai
Melissa Heleine (US Orléans Loiret JJJ), championne de France 2019 se défait de la Mongole Tsend-Ayush en deux temps : un premeir waza-ari sur uchi-mata gaeshi puis sur un contre en poussée dans les utimes secondes du combat. Clémence Emé (RSC Champigny), vice championne de France, s’incline elle contre la Russe Taimazova, vice championne du monde juniors 2019. Un premier waza-ari subi sur makikomi puis un second, sur la séquence suivante, sur sumi-otoshi.

09h40. -100kg : Olivar, nouvelle victime du uchi-mata de Haga
Le Japonais, champion du monde 2015 et médaillé olympique est connu pour avoir le uchi-mata le plus pur du circuit. Ce matin, Cédric Olivar (SGS Judo), champion de France en titre, en a été une nouvelle victime. Un premier tour en forme de défi (perdu donc) pour le combattant Génofévain qui avait montré des choses très intéressantes au Grand Chelem d’Osaka. Dans la même catégorie, Clément Delvert (FLAM 91) ne laissait lui aucune chance à l’Américain Smith III sur un ura-nage immédiatement suivi en yoko-shiho-gatame. Du travail bien fait.

09h20. -100kg : Maret peut souffler, Iddir éliminé
Les deux leaders français de la catégorie combattaient au même moment mais avec une issue contrastée. Le judoka de l’OM Judo, vainqueur de l’Open d’Océanie en fin d’année dernière avait un premier tour très costaud face à l’Azéri Kotsoiev sur le tapis n°1. Un combat où aucun des judokas ne se livraient vraiment jusqu’à un uchi-mata à droite de Kotsoiev qui mettait Iddir sur le dos.
Sur le tapis n°3, première séquence du combat entre Cyrille Maret et Ivan Remarenco et stupeur puisque sur un sasae-tsuri-komi-ashi de ce dernier, l’arbitre japonaise annonçait ippon alors que le combat n’avait commencé que depuis 23 secondes ! Finalement ramené à waza-ari par les superviseurs, ce coup de bambou boostait le médaillé olympique français qui lançait son très fort harai-goshi qu’il suivait parfaitement en hon-gesa-gatame. Ouf !

09h. Ça démarre fort pour les Français ! 
En quasi-simultané, dans un AccorHotels Arena qui se remplit peu à peu, Romane Dicko et Axel Clerget remportent leur premier combat. Le -90kg de Sucy Judo, comme à son habitude débute en mode diesel. Mené deux shidos à un, le double médaillé mondial accélère pour inverser la vapeur et faire pénaliser par deux fois le Canadien Burt. En +78kg, Romane Dicko terrasse l’Ukrainienne Tarasova sur un o-uchi-gari que son adversaire tente vainement de contrer et qu’elle suit très vite en tate-shiho-gatame.
En -90kg, si Maxime Aminot (ESBM Judo) trouve la faille contre l’Egyptien Abd El Akher au golden score, ça coince pour Loris Tassier (CO Sartrouville) contre le Mongol Gantulga.

8h30. Bienvenue pour ce deuxième jour du Grand Chelem de Paris !