Suite à la publication de la lettre de Patrick Roux et d’Hector Marino “Violences dans le judo, deux anciens cadres parlent” sur notre site ici le 16 novembre dernier, la ligue PACA de judo a adressé à la rédaction le droit de réponse suivant.

Droit de réponse de la ligue PACA de Judo au sujet des articles sur le pôle de Marseille et du témoignage d’Hector Marino.

Les accusations décrites sont exagérées et ne reposent sur aucun fait précis, tout au plus sur des sensibilités et perceptions différentes.

Il est vrai que, lors de certains entraînements, les combats pouvaient être, parfois, particulièrement éprouvants pour le ou la jeune dans le but de les faire évoluer techniquement et psychologiquement.

Nous avons, au milieu des années 2000, sensibilisé les cadres sur ces mises en situation de combat en leur demandant d’être particulièrement vigilants et d’arrêter tous types de comportements pouvant être mal interprétés et/ou mal vécus par les jeunes.

Nous avons veillé à ce que ces consignes soient respectées.

Les parents assistaient régulièrement aux entraînements. Nous n’avons enregistré aucune plainte ou tout simplement de remarques de leur part ou de la part des jeunes.

Le courrier dont parle Mr Marino n’a pas été porté à notre connaissance et les raisons qu’il invoque pour justifier son départ ne correspondent pas à la réalité.