La rumeur enflait depuis quelques jours. L’information est désormais officielle depuis hier : sur l’initiative de Stéphane Traineau, directeur des Équipes de France, des test-matchs nationaux vont être organisés dans un peu moins d’un mois à l’INSEP. Un accord oral à d’ores et déjà été donné par la direction de l’institution.
Pourquoi cette volonté ? “Tout d’abord, je voudrais dire que ces test-matches ne seront ni des championnats de France ni non plus des poules de sélection. Il s’agit plus de test-matches en configuration compétition pour proposer à ceux qui s’entraînent mais n’ont pu participer à aucun évènement ces dernières semaines d’avoir quelque chose à manger, si je puis dire. La lutte et le taekwondo ont déjà organisé ce genre de compétitions au sein de l’Insep. Il n’y a donc a priori aucune raison que cela nous soit refusé. D’ailleurs, en fonction du calendrier international début 2021, nous ne nous interdirons pas d’organiser à nouveau cet évènement, si possibilité nous en est donnée.

Pour y voir clair, voici donc les informations principales à connaître :
Date : 10, 11 et 12 décembre
Lieu : INSEP
Qui pourra y participer ? : “Tous les athlètes listés ayant donc actuellement le droit de s’entraîner et de se déplacer. J’insiste sur ce point car c’est le critère n°1 pour pouvoir être présent début décembre à l’Insep. La participation sera sur la base du volontariat. Aucune obligation donc.” Selon les estimations du staff, 90% des participants s’entraînent d’ores et déjà à l’Insep et/ou au sein du collectif national, pour un nombre total de combattants de 200 à 220 sur les trois jours. Au niveau des féminines, la staff précise qu’elle proposera aux podiums juniors 2020 ainsi qu’aux podiums seniors 2019 de participer. Une seule catégorie sera sans doute organisée sous forme de poule, les +100kg. “Les athlètes et les clubs concernés vont recevoir très rapidement un mail” précise Stéphane Traineau. Pour toutes les personnes n’ayant pas l’habitude venir à l’Insep (arbitres, coaches) ils devront se conformer au protocole de ce dernier à savoir présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures.
Organisation : “Les modalités logistiques ne sont pas encore fixées mais l’idée principale est d’avoir un nombre plus ou moins égal de combattants chaque jour de compétition. Et vu que nous sommes organisateurs, nous réfléchissons à l’idée d’avoir la même journée les catégories lourdes garçons et légères féminines” explique le directeur des Équipes de France.
Une information importante : il y aura 2 kg de tolérance. La pesée aura lieu la veille avec repesée le lendemain dans les conditions d’une véritable compétition, à savoir 5% de marge (par rapport au poids de référence de la catégorie : -48kg, -60kg, etc.)
Public : la compétition sera à huis-clos mais un système de streaming semi-direct voire direct et commenté est en train d’être étudié. “L’idée est de se baser sur ce que nous avons proposé pour les poules de sélection” précise le double médaillé olympique.