La dépêche AFP est tombée hier soir. Alors que le judo français est secoué depuis deux semaines par des révélations concernant des viols, violences sexuelles et/ou physiques, on apprenait hier soir qu’un entraîneur de club du département du Nord, et par ailleurs ancien président de ligue et membre du bureau directeur de la FFJudo entre 2012 et 2016 avait été suspendu. Une décision prise par Jean-Luc Rougé suite à un entretien téélphonique : “J’ai eu la victime au téléphone mardi soir, et j’ai discuté avec elle. Et rien qu’avec sa déclaration j’ai pris une mesure conservatoire. C’est suffisamment grave pour que j’intervienne. Ça surprend toujours tout le monde. C’est vrai que c’est quelqu’un de particulier, mais de là à soupçonner ce genre de choses, pas du tout” a déclaré le président de la FFJDA. Une dépêche qui nous apprend également qu’un autre entraîneur du même club avait lui aussi été suspendu suite à sa mise en examen pour viol sur mineur. Interrogé par l’AFP, l’ancien dirigeant fédéral incriminé a déclaré qu’il avait “reçu un courrier de la Fédération et je sais d’où ça provient. On a émis des soupçons sur ma personne.Ce sont des désaccords entre des personnes dans un club, ça peut être ça. Je vais voir les suites que je vais donner de mon côté, quand même”.