Troisième et dernier jour de compétition à l’O2 Arena de Prague.
Crédit photo : Gabi Juan / UEJ

Samedi 21 novembre 2020 – Prague (République Tchèque)
-78kg, +78kg F, et -90kg, -100kg, +100kg M

– Pensez à rafraîchir régulièrement la page pour mettre votre direct à jour –

 

17h45. +78kg : Dicko clôt 2020 en beauté
Après une reprise pour le moins compliquée fin 2019, Romane Dicko avait retrouvé son “modjo” en janvier, s’imposant à Tel-Aviv pour le premier Grand Prix de l’année. Quelques semaines après, confirmation avec sa première victoire à Paris. Ce samedi, la voilà sur la plus haute marche du podium après sa victoire contre l’Azerbaïdjanaise Irina Kindzerska, 2e au Masters 2019 et au Grand Chelem d’Allemagne 2020. Un combat assez vite réglé, sur un makikomi à droite que la judokate du PSG Judo contrôlait parfaitement au sol pendant dix secondes. La voilà, comme Madeleine Malonga, double championne d’Europe. Un cinquième titre féminin pour la France depuis jeudi et qui lui assure la première place au classement des médailles. 

17h20. -100kg. Paltchik au bout du supens
Finale haletante entre Arman Adamian et Peter Paltchik. Le premier, champion d’Europe en titre et récent 2e à Budapest était très impressionnant depuis ce matin. Le second, vainqueur à Tel-Aviv et Paris, n°3 mondial, avait réussi à franchir l’obstacle Liperteliani en demi-finale.
Un combat chaud et très rythmé. Aucune pénalité au tableau alors que le golden score démarre. Auparavant, de grosses attaques avaient été portées (sumi otoshi pour le Russe, kata-guruma pour l’Israélien) mais rien n’avait été marqué. Sur une domination à la garde d’Adamian, Paltchik droitier, lançait alors un gros o-goshi qui mettait le premier sur la tranche. Explosion de joie de l’Israélien qui clôt une année 2020 parfaite puisqu’il restera invaincu ! 

16h50. -78kg : Malonga, et de deux ! 
Pas de temps d’observation entre Madeleine Malonga et Luise Malzahn pour cette finale. De grosses montées de main de la Française donnaient le ton avant que l’Allemande ne réplique. Pas beaucoup de grosses attaques hormis deux o-uchi-gari de Malzahn, qui restait sur trois victoires contre la Tricolore. Sur la séquence suivante, la Française bloquait l’Allemande dans un coin et lui “savatait” le tibia. Matte et shido pour non-combativité contre Malzahn, synonyme de victoire et de doublé pour Malonga après 2018.
Une décision arbitrale franchement discutable – une de plus ce samedi – puisque c’est l’Allemande qui avait fait les dernières attaques fortes. Quoi qu’il en soit voilà Malonga double championne d’Europe, consolidant plus que jamais son leadership national. 

16h20. -90kg : Igolnikov logiquement
Très impressionnant à Budapest, Mikhail Igolnikov confirme ce vendredi son état de forme étincelant en remportant son second titre continental après 2018. Opposé à Nemanja Majdov, le Russe profite d’une attaque en o-uchi lancée de trop loin du Serbe pour mettre un coup du volant et plaquer ce dernier au sol. Ippon et joie très contrôlé de ce joyau du judo russe qui confirme pleinement en seniors après avoir presque tout gagné chez les jeunes. Mikhail Igolnikov qui est d’ailleurs en Une de notre prochain magazine (n°89) avec son formidable uchi-mata


14h45. Reprise des blocs finaux à 16h 

 

14h30. Les blocs finaux du jour
-78kg 
Finale : Madeleine MALONGA (FRA)/Luise MALZAHN (GER)
Pour le bronze : Karla PRODAN (CRO)/Beata PACUT (POL)
                               Loriana KUKA (KOS)/Giogia STANGHERLIN (ITA)
+78kg
Finale : Romane DICKO (FRA)/Iryna KINDZERSKA (AZE)
Pour le bronze : Larisa CERIC (BIH)/Rochele NUNES (POR)
                               Jasmin GRABOWSKI (GER)/Yelyzaveta KALANINA (UKR)

-90kg
Finale : Mikhail IGOLNIKOV (RUS)/Nemanja MAJDOV (SRB)
Pour le bronze : Beka Gviniashvili (GEO)/Nikoloz SHERAZADISHVILI (ESP)
                               Mammadli MEDHIYEV (AZE)/Mihael ZGANK (TUR)
-100kg
Finale : Arman ADAMIAN (RUS)/Peter PALCHIK (ISR)
Pour le bronze : Jorge FONSECA (POR)/Varlam LIPARTELIANI (GEO)
                              Boris GEORGIEV (BUL)/Zelym KOTSOIEV (AZE)

+100kg
Finale : Tamerlan BASHAEV (RUS)/Inal TASOEV (RUS)
Pour le bronze : Guram TUSHISHVILI (GEO)/Lukas KRPALEK (CZE)
                              Levani mATIASHVILI (GEO)/Stephan HEGYI (AUT)

14h15. Les Russes font peur ! 
Il n’aura fallu que treize secondes à Mikhai Igolnikov pour s’assurer une place en finale. Pose de mains puis un o-uchi-gatri ken-ken qui plaquait le pourtant très difficile à manoeuvrer Azerbaïdjanais Mehdiyev.
En +100kg, Tamerlan Bashev fait une démonstration contre le Géorgien Matiashvili avec un morote-seoi-nage debout ! Dans l’autre demi-finale, Inal Tasoev contrôle bien les tentatives de sode-tsui-komi-goshi de Guram Tushishvili avant de placer un obi-goshi qui plaquait le champion du monde 2018 contre le tatami. Enfin en -100kg, Arman Adamian, si il subissait le sumi-gaeshi de l’Azerbaïdjnais Zelym Kotsoiev (dans un remake de la finale des championnats du monde juniors 2017) marquait rapidement sur un contre puis sur un ura-nage. 
Quatre Russes sur les cinq engagés du jour sont en finale. Impressionnant. 

14h10. +78kg : Dicko essayera elle aussi de faire le doublé
À l’image de Madeleine Malonga, Romane Dicko  se donne elle aussi la possibilité de remporter son second titre européen après Tel-Aviv en 2017. En demi-finale, elle bat la Bosnienne Ceric aux pénalités. Ceric qui aura tout de même essayé une nouvelle tactique sur le kumikata pour gêner Dicko. Cela n’a pas vraiment marché mais la Française bénéficie aussi d’un arbitrage plutôt favorable sur le dernier shido. Qu’importe, la voilà en finale !

13h35. -90kg. Le show Igolnikov
Magnifique à Budapest, la perle russe des -90kg mystifie l’Espagnol Sherazadishvili grâce à son uchi-mata : fixant son adversaire, il engage sa jambe gauche, se replace en tirant très fort la manche tout en donnant une grosse impulsion sur son pied d’appui. L’un des ippon de la journée pour le Russe qui file donc en demi-finale tout comme son compatriote Arman Adamian en -100kg qui plaque le Turc Sismanlar sur le dos lors d’un corps-à-corps d’hommes forts. 

13h30. -78kg : Malonga ira chercher un second titre continentale
Face à la Kosovare Loriana Kuka, la championne d’Europe 2018 a pris son temps. Patiente et appliquée, elle cherche puis finit par trouver la solution sur son uchi-mata, face à une adversaire cherchant à mettre de la distance. Jamais mise en danger la Française retrouvera l’Allemande Luise Malzahn en finale, une combattante contre qui les combats sont toujours très disputés. Attention ! 

13h25. +78kg : Dicko opportuniste
C’était une cliente que Romane Dicko, vainqueur de son premier combat contre la Lituanienne Jablonskyte sur deux ko-uchi-gari, retrouvait en quart de finale : Kayra Sayit, aka Ketty Mathé. Vainqueur à Budapest, la Turque et donc ex-Française subissait rapidement la puissance physique de la championne d’Europe 2018 et vainqueur à Paris en février. Mais c’est sur une attaque de Sayit que Dicko marquait l’unique waza-ari de la rencontre :  sumi-otoshi en contre d’une tentative de sasae-tsuri-komi-ashi. Un combat où la Française baissait un peu de rythme sur la fin mais l’essentiel était fait. En demi-finale, elle rencontrera la Bosnienne Larisa Ceric, 5e à Budapest et 7e à Paris. 

13h05. +100kg : Double demi-finale russo/géorgienne ! 
Il n’y a plus que deux pays dans le bloc final des +100kg ce samedi : Russie et Géorgie. Tout en haut du tableau, le petit mais très classieux Tamerlan Bashaev sort l’idole du pays, le champion du monde en titre, Lukas Krpalek avec une aisance assez folle : un premier waza-ari sur ippon-seoi-nage à gauche. Un second dans la continuité sur kata-guruma. Il rencontrera en demi-finale Levani Matiashvili, vainqueur de l’Israélien Sasson. L’autre demi-finale s’annonce carrément explosive entre Inal Tsoev, vainqueur à Budapest et qui met un amour d’okuri-ashi-barai en sortie d’attaque à l’Autrichien Hegyi et Guram Tushishvili qui place une clé de bras au néerlandais Spikjers qui venait de lui mettre un waza-ari. Ça va être chaud !  

13h00 : Les demi-finales en -78kg
Madeleine MALONGA (FRA)/Loriana KUKA (KOS)
Luise MALZAHN (GER)/Karla PRODAN (CRO)

12h20. Malonga facile, Clerget tombe sur un os
Tout va toujours pour le mieux pour Madeleine Malonga. En quart de finale, la championne du monde place deux fois son uchi-mata à la Polonaise Pacut (3e des championnats d’Europe -23 ans 2017) pour aller en demi-finale où elle retrouvera la Kosovare Kuka, 3e à Budapest (où Fanny-Estelle Posvite l’avait battue en quelques secondes) et 13e mondiale. 
Sur le tapis n°2, dans le quart de tableau de la mort, Axel Clerget retrouvait l’Espagnol Nikoloz Sherazadishvili, champion du monde 2018, vainqueur à Paris et 3e à Budapest, pour un combat qui se sera joué majoritairement au kumikata. Un début de combat plutôt à l’avantage du double médaillé mondial tricolore avec un ko-uchi-gari à gauche non-comptabilisé (on a vu des waza-ari pour moins que ça…). Puis les choses s’équilibrèrent avec une première puis une seconde interruption pour strapper le Français à la main gauche. Le combat avançait au golden score et aucun des deux ne lâchait le morceau : une pénalité pour Sherazadishvili, deux pour Clerget. Puis malheureusement une troisième sur un passage de tête. Pas de nouvelle médaille européenne donc pour Clerget après l’argent de 2017. 
Une élimination qui marque la fin de la présence des masculins français qui resteront donc à une médaille de bronze (merci Le Blouch !) sur ces championnats d’Europe. 

12h00. -100kg : Iddir piégé, Adamian et Liparteliani assurent
Pour son deuxième tour, Alexandre Iddir se voyait opposer le Bulgare Boris Georgiev, 136e mondial et ayant pour tout palmarès une victoire à l’Open de Sofia au début de l’année. Rentré très fort dans le combat, agressif, ce dernier plaçait un yoko-tomoe-nage où le Français semblait tomber à plat. Mais pas pour les superviseurs qui donnaient waza-ari. Mais il restait du temps au Français pour revenir dans le combat. Pourtant, Iddir ne passait pas vraiment la surmultipliée. Il y avait bien un magnifique ippon-seoi-nage debout mais sur lequel Georgiev se réchappait au dernier moment. Cherchant alors à accélérer le Tricolore voyait alors son adversaire mettre les verrins en attendant le gong final. Trop tard. Une défaite une nouvelle fois frustrante tant on sentait Iddir capable de passer ce tour. 
Dans cette même catégorie, Arman Adamian, champion d’Europe en titre et 2e à Budapest place un o-soto-gari basique mais parfait sur le Suisse Imala alors que Varlam Liparteliani, le leader de l’équipe géorgienne fait un festival contre l’Allemand Frey avec  notamment un ippon-seoi-nage à gauche debout ! 

11h05. -90kg : Clerget bien concentré
On le sait, il arrive parfois à Axel Clerget de mettre du temps à rentrer dans ses compétitions. Pas là. Opposé au Tchèque Klammert, le double médaillé mondial se montrait intraitable au kumikata pour une vraie “baston” de quatre minutes. Essayant de suivre systématiquement en ne-waza, le Français trouve finalement la solution au golden score sur un retournement qui finit en tate-shiho-gatame. Le prochain tour aura déjà le goput d’une finale puisque Clerget retrouvera le n°1 mondial, l’Espagnol Nikoloz Sherazadishvili, champion du monde 2018. 

10h40. -100kg. Niyaz Ilyasov pas verni
Pas vraiment une bonne publicité pour le judo. Dans ce combat entre le vice-champion du monde russe, Niyaz Ilyasov et le Serbe Aleksandar Kukolj, champion d’Europe 2017 en -90kg et récemment monté de catégorie, on retiendra l’incompréhensible jugement arbitral (non pas de Matthieu Bataille au centre mais des superviseurs) qui ne trouvait rien à redire aux systématiques sutemi fuyant du Serbe pendant les deux dernières minutes. Aucunement fait pour faire tomber mais bien plus pour s’échapper de la pression d’Ilyasov, ces derniers étaient vus comme de vraies attaques et donc non sanctionnés alors que Kukolj avait déjà contre lui deux shidos. 
Très énervant. Sur le tapis n°3, Varlam Liparteliani rentre tranquillement dans sa compétition sur une liason parfaite uchi-mata/bras dans bras. 

10h35. Malonga et Iddir sérieux et appliqués
Sur le tapis n°1, la championne du monde des -78kg faisait ses débuts face à la Belge Sophie Berger, 23 ans et 38e mondiale. Un combat dominé de la tête et des épaules par Madeleine Malonga, imposant sa puissance et son kumikata à son adversaire qui ne trouvait aucune solution. Trois shidos contre Berger et direction les 1/4 de finale pour la Tricolore.
Sur le tapis n°3, Alexandre Iddir faisait face à un jeune client en la personne Zsombor Veg, champion d’Europe -23 ans il y a une semaine. Le Français, si il termine le combat avec deux shidos contre lui, aura bien géré son affaire, marquant sur un joli ko-uchi-gari.

10h15. -100kg. Olivar battu d’entrée
Il était le premier Tricolore à monter sur le tapis de l’O2 Arena de Prague aujourd’hui. Cédric Olivar (SGS Judo), pour sa première sélection aux championnats d’Europe, retrouvait le Croate Kumric, 163e mondial et 2e de la Coupe européenne de Croatie en février. Alors que le combat débutait, une rupture de faisceau privait les téléspectateurs de la majorité du combat. Lorsque ce dernier revenait Olivar était mené d’un waza-ari à trente secondes de la fin. Un retard que le Français n’arrivait pas à combler face à un adversaire fuyant, pouvant se permettre de se faire pénaliser. 

10h10. Décès de Jean Fasihpour
C’est une triste nouvelle qui a affecté le monde du judo français hier. Jean Fasihpour, célèbre kiné auprès de l’équipe de France est décédé des suites d’une longue maladie. L’Esprit du Judo lui avait consacré sa chronique “Tori” dans notre n°68 que vous pouvez retrouver ici

10h00. Bonjour à toutes à et à tous !
Bienvenue pour cette ultime journée des championnats d’Europe seniors 2020. En lice ce samedi, cinq Français : Madeleine Malonga (-78kg), Romane Dicko (+78kg), Axel Clerget (-90kg), Cédric Olivar (-100kg) et Alexandre Iddir (-100kg).