Dimanche 4 février 2024
-78kg, +78kg Féminines et -90kg, -100kg et +100kg Masculins

Troisième journée du Grand Chelem de Paris.
Crédit photo : Aurélien Brandenburger/L’Esprit du Judo

– Pensez à rafraîchir régulièrement la page pour mettre votre direct à jour –


19h25. La France, première nation
Avec six titres pour douze médailles, la France domine de bout en bout son Grand Chelem ! Deux titres de mieux que l’année dernière pour les Tricolores. En deuxième position le Japon avec trois titres pour huit podiums. L’Allemagne termine finalement troisième grâce à ses féminines. 

19h20. +100kg : Riner… évidemment !
Le voir échanger avec le public, pour ce dernier combat du Grand Chelem de Paris, restera comme une magnifique image. Teddy Riner vient en effet d’inscrire son nom une huitième fois au palmarès du Tournoi/Grand Chelem de Paris, record absolu !
Mais ce dernier n’aura pas été de tout repos car le Coréen Minjong Kim n’était pas du tout dans la peau d’une victime expiatoire. Un ko-uchi makikomi à droite, un uchi-mata à gauche faisaient trembler le colosse français. Le golden score arrivait et sur une tentative trop statique du Coréen sur son sode-tsuri-komi-goshi, Riner le contrait en le déroulant sur le dos. Un Teddy Riner heureux laissait alors éclater sa joie !
En bronze, on notera la médaille du Japonais Kenta Nakano. Vingt-deux ans, ancien capitaine de Tenri, maintenant membre de l’équipe Asahi Kasei, il signe une seconde médaille de bronze consécutive après celle du Portugal. Alisher Yusupov est lui aussi sur le podium.
Yusupov, Kim, deux adversaires à prendre très au sérieux pour Riner cet été.

18h55. +78kg : Romane, c’est trop fort !
Moins d’une minute aura suffit à Romane Dicko pour faire comprendre à Kayra Ozdemir qui était la patronne. Un harai-goshi classique avec une manche parfaitement tenue et voilà la championne du monde 2022 qui immobilisait la Turque pour sa deuxième victoire à Paris.
Dicko aura été intouchable ce dimanche, tout simplement. Sur le podium, elle retrouvera Léa Fontaine qui immobilise la Turque Hilal Ozturk. Belle journée de la Génovéfaine qui ne s’incline que face à Dicko.
France 2 – Turquie 0. Et voilà la France à cinq titres sur cette cinquantième édition !

18h30. -100kg : Wolf sera à Paris en juillet
Le contrat était clair : le -100kg nippon qui réalisait la meilleure performance ce dimanche irait aux JO.
Tout se jouait entre Dota Arai et Aaron Wolf. Et bien on peut sans doute annoncer que c’est le champion olympique en titre qui sera choisi pour la titularisation pour les JO puisque le judoka de l’entreprise Park 24 vient de remporter, avec la manière !, son second Grand Chelem. Un uchi-mata sur l’Espagnol Nikoloz Sherazadishvili et voilà le champion du monde 2017 en or. Sur ce qu’il a montré aujourd’hui, il faudra être costaud pour le battre cet été. 

17h55. -78kg : Le sourire de Wagner
Elle aussi dans un processus de concurrence nationale pour les JO de Paris avec Alina Boehm, Anna Maria Wagner championne du monde 2021 et médaillée olympique de bronze à Tokyo se garde une chance d’être à Paris cet été avec une victoire cet après-midi. Un succès aux pénalités face à l’Italienne Alice Bellandi qui prenait un troisième shido pour une saisie à la jupe, environ 10 centimètres au-dessous de la ceinture. Un shido inattaquable sur le plan du règlement. Beaucoup plus sur l’esprit alors que les attaques de Bellandi, lancées systématiquement à la volée avaient beaucoup de la fausse attaque.

17h40. -78kg : Malonga y a mis tout son coeur
La motivation carnassière qu’elle montrait avant de monter sur le tapis, la joie exubérante qu’elle montrait après sa victoire, elle qui est plutôt en retenue. Des signaux révélateurs que Madeleine Malonga jouait gros sur ce combat pour le bronze face à la Biélorusse Darya Kantsavaya. Surmotivée, électrisée même, le vice championne olympique n’a laissé aucune chance à son adversaire. Un o-soto- makikomi à droite et voilà Kantsavaya déroulée proprement sur le dos. Le dernier ticket olympique féminin tricolore vient-il donc d’être poinçonné ? Possiblement oui. 

17h25. -90kg : Zgank monte en puissance
Troisième au Grand Chelem de Bakou, aux championnats d’Europe, vainqueur du GP du Portugal à Odivelas la semaine dernière, Mihael Zgank poursuit sur sa dynamique bluffante avec une victoire ici à Paris. Neuvième mondial, le Turc aura chercher la solution au ne-waza face à l’Azerbaidjanais Eljan Hajiyev… qu’il trouvera finalement. Premier titre en Grand Chelem et l’intuition qu’il faudra compter avec lui à Paris fin juillet. 

17h10. -90kg : NGayap, c’est propre
Allait-il être pris la pression du lieu, de la course olympique ? Et bien pas du tout ! Maxime-Gaël NGayap Hambou n’a fait qu’une bouchée du Tadjik Ustopiriyon, un judoka de trente et un ans, dix-neuvième mondial. Un premier waza-ari sur sode-tsuri-komi-goshi, un second sur o-uchi-gari et voilà le combattant asniérois qui marque les esprits dans la course au ticket olympique dans cetet catégorie. Deuxième médaille masculine après l’or de Luka MKheidze. 

15h00. Ce qui vous attend à partir de 17 heures
Féminines
-78kg
Finale :
Anna Maria WAGNER (GER)/Alice BELLANDI (ITA)
Combats pour le bronze :
Inbar LANIR (ISR)/Guusje STEENHUIS (NED)
Daria KANTSAVAYA (AIN)/Madeleine MALONGA (FRA – Étoile sportive Blanc-Mesnil Judo)

+78kg
Finale : Romane DICKO (FRA – PSG Judo)/
Kayra OZDEMIR (TUR)
Combats pour le bronze
Léa FONTAINE (FRA – Sainte Geneviève Sports Judo)/
Hilal OZTURK (TUR)
Raz HERSHKO (ISR)/Mao ARAI (JPN)

Masculins
-90kg
Finale :
Mihael ZGANK (TUR)/Eljan HAJIYEV (AZE)
Combats pour le bronze
Maxime-Gaël NGAYAP HAMBOU (FRA – Arts martiaux Asnières)/
Komronshokh USTOPIRIYON (TJK)
Erlan SHEROV (KGZ)/Rafal MACEDO (BRA)

-100kg
Finale
: Aaron WOLF (JPN)/Nikoloz SHERAZADISHVILI (ESP)
Combats pour le bronze
Aleksandar KUKOLJ (SRB)/Anton SAVYTSKIY (UKR)
Daniel EICH (SUI)/Nurlykhan SHARKHAN (KAZ)

+100kg
Finale : Teddy RINER (FRA – PSG Judo)/Minjong KIM (KOR)
Combats pour le bronze
Alisher YUSUPOV (UZB)/Irakli DEMETRIASHVILI (GEO)
Kanta NAKANO (JPN)/Saba INANEISHVILI (GEO)


14h40. +100kg : Riner en champion 

Il a eu chaud mais a su répondre avec panache. Face à l’arracheur ouzbek Alisher Yusupov, Teddy Riner se fait une énorme frayeur puisque sur une attaque de sa part, le judoka d’Ilias Iliadis lançait son spécial, un yoko-guruma, qui déroulait Riner ! L’arbitre japonaise Akiko Amano annonçait ippon. Stupeur alors dans l’AccorArena. Mais les superviseurs changeaient la décision en waza-ari, estimant que l’action était en deux temps. Une très grosse alerte qui réalignait le champion du monde en titre dans sa quête de victoire avec un premier uchi-mata à droite pour revenir au score puis un second pour sceller la victoire. De la tension, du caractère et la victoire au bout. Direction donc la finale pour le judoka du PSG qui ira chercher un huitième titre dans l’histoire de ce Grand Chelem, ce qui serait un record absolu.  En finale, Riner devra encore se méfier du Coréen Minjong Kim, un judoka coréen trappu, habile et technique. Finaliste battu au Portugal par le Russe Inal Tasoev, Kimfut également finaliste à Tokyo il y a deux mois. Attention !

14h20. -100kg : Wolf/Sherazadishvili pour l’or
En concurrence avec son jeune sempai Dota Arai, Aaron Wolf, champion olympique en titre et ancien de Tokai – l’université qu’a choisi Arai – vient sans doute de gagner son ticket olympique en se qualifiant pour la finale de ce Grand Chelem de Paris. Il y retrouvera l’Espagnol Nikoloz Sherazadishvili, qui revient en forme au bon moment : troisième des Europe, deuxième au Portugal et en finale ici. 

13h55. -90kg : NGayap Hambou, direction le bronze
On l’a senti dès le début du combat. Cet Azerbaidjanais, douuble médaillé mondial juniors 2021 et 2022 en -81kg, serait un coriace adversaire pour Maxime-Gaël NGayap Hambou. Un premier gros mouvement de hanche faisait clignoter le feu d’alerte. Et sur une phase corps-à-corps, Hajiyev, troisième au Portugal il y a une semaine, lançait un uki-waza en cercle avant de garder parfaitement au sol le Français. Waza-ari, awasete/ippon. Pour le bronze, le Tricolore retrouvera le Tadjik Komronshokh Ustopiriyon.  Une catégorie avec beaucoup de surprise puisqu’outre Lasha Bekauri, non pesé hier, soir, Sanshiro Murao, Christian Parlati et Ivan Silva Morales, respectivement têtes de série n°2, 4 et 3 ce matin ne se sont pas qualifiés pour le bloc final.

13h40. +78kg : Dicko/Ozdemir, pour remettre les pendules à l’heure ?
Elle a perdu lors deux dernières confrontations au Grand Chelem d’Antalya et surtout à Paris l’année dernière. Une bonne source de motivation pour Romane Dicko qui combattra contre Kayra Ozdemir pour l’or vers 18h. À l’instant la championne d’Europe tricolore vient de battre Léa Fontaine, se contentant d’imposer son kumikata, les pénalités tombant d’elles-mêmes. Dans l’autre demi-finale, la Turque immobilise Raz Hershko. 

13h20. -78kg : Malonga ira chercher le bronze
Un combat rapide et sans vraies attaques. Des shidos qui tombaient très vites entre Audrey Tcheuméo et Madeleine Malonga pour prise pistolet, passivité et refus de saisir. À ce petit jeu, c’est la vice championne olympique qui l’emporte en un peu plus d’une minute, trois shidos à deux. Pas de poignée de mains entre les deux jeunes femmes lors d’une rencontre à fort enjeu dans le cadre de la course olympique : si en effet, Malonga l’emporte vers 17h, elle prendra une forte option pour cet été.
Dans cette catégorie, Alice Bellandi rencontrera Anna Maria Wagner pour l’or. Wagner, qui se relance pour la course olympique côté allemand avec la septième place d’Alina Boehm. 

13h05. Les demi-finales masculines
-90kg
Mihail ZGANK (TUR)/Rafael MACEDO (BRA)
EljanHAJIYEV (AZE)/Maxime-Gaël NGAYAP HAMBOU (FRA)

-100kg
Nurlykhan SHARKHAN (KAZ)/Nikoloz SHERAZADAVISHVILI (ESP)
Anton SAVYTSKIY (UKR)/Aaron WOLF (JPN)

+100kg
Alisher YUSUPOV (UZB)/Teddy RINER (FRA)
Kenta NAKANO (JPN)/Minjeong KIM (KOR)

13h00. Les demi-finales féminines
-78kg
Darya KANTSAVAYA (AIN)/Anna Maria WAGNER (GER)
Alice BELLANDI (ITA)/Guusje STEENHUIS (NED)

+78kg
Raz HERSHKO (ISR)/Kayra OZDEMIR (TUR)
Romane DICKO (FRA)/Léa FONTAINE (FRA)

12h55. -90kg NGayap contre Hajiyev pour une place en finale
Son o-uchi-gari contre le Belge Sami Chouchi clôt la troisième victoire de Maxime-Gaël NGayap Hambou ce dimanche. Une victoire qui l’envoie en demi-finale où il y retrouvera l’Azerbaidjanais Eljan Hajiyev, tombeur d’Alexis Mathieu plus tôt.

12h50. +78kg : Fontaine/Dicko en demi-finale !
Son uchi-mata contre Mao Arai, la Japonaise double championne du monde juniors qui l’avait battu en finale à Tokyo, est superbe. Léa Fontaine n’a pas voulu faire trainer les choses avec cette attaque dès la première séquence. Ippon et direction les demi-finales contre Romane Dicko qui continue son échauffement avec une victoire rapide contre la Vénézuélienne Amarantha Urdaneta, 33e mondiale et vingt et un ans et cinquième aux championnats et Jeeux panaméricains.

12h45. -78kg : Malonga/Tcheuméo en repêchages
Elles s’affronteront pour une place dans le bloc final. Madeleine Malonga, face à l’Italienne Bellandi, attaque d’emblée face à une combattante qui sait habilement varier attaques très fortes et activité pour fairee pénaliseer l’adversaire.
Côté activité, la Transalpine lançait son morote-seoi-nage à gauche. Côté attaque forte, la n°2 mondiale avait choisi son o-soto-gari. Malonga, elle, débutait bien avec une main droite forte mais pas trop loin dans le dos. Mais sur un mouvement d’épaule de Bellandi, la Française semblait se faire mal à l’épaule droite. Visiblement un peu gênée, la championne du monde 2019 subissait les attaques jusqu’à un o-soto/ni-den ko-soto-gake qui déroulait Malonga sur le dos. Waza-ari. Malonga jouait le tout pour le tout avec son o-uchi-gari lancé à la volée. Mais rien n’était marqué.
Quelques minutes après, Audrey Tcheuméo s’inclinait également, face à la Néerlandaise Guusje Steenhuis. Une judoka avec beaucoup de jus ce dimanche qu’on remarquait à la rapidité à laquelle elle rejoignait sa place à chaque matte. Un duel droitière/gauchère qui tourna à l’avantage de Steenhuis sur un harai-goshi en bordure au golden score. Le public aura donc le droit à un Malonga/Tcheuméo en repêchages. Un combat qui pourrait bien compter dans la course olympique.

12h30. +78kg : Dicko toujours aussi facile
Face à la Vénézuelienne Amarantha Urdaneta, la judoka du PSG n’aura pas eu grand-chose à faire. La différence de niveau énorme faisait que la Sud-Américaine se faisait pénaliser trois fois en moins d’une minute.

12h20. +100kg : Riner dans le dernier carré
Un contre sur l’arrière puis une opportunité parfaitement saisie au sol face à l’Allemand Losseni Kone,  vingt-deux ans et vingt-deuxième mondial, et voilà Teddy Riner en demi-finale. Cela sera soit face à l’Ouzbek Alisher Yusupov – comme l’année dernière – soit face au Géorgien Saba Inaneishvili. 

12h15. -90kg : NGayap en quart de finale
Dans un combat rugueux face au Néerlandais Noel Van T End, champion du monde 2019, Maxime-Gaël NGayap Hambou se montre, comme lors de son premier combat, très offensif. De quoi faire monter les pénalités jusqu’au hansokumake malgré les contestations du Batave. Ce sera le Belge Sami Chouchi en quart de finale pour le judoka de l’AM Asnières. NGyap Hambou qui reste le dernier -90kg tricolore en course après la défaite d’Axel Clerget face à l’Italien Christian Parlati.
En +100kg, Tieman Diaby subit le o-uchi-gari du jeune Géorgien Saba Inaneishvili. Il n’y a plus que Teddy Riner du côté français dans cette catégorie.
Sur le tapis n°1, le ashi-guruma de Rafael Macedo contre le Suédois Marcus Nyman est à voir et à revoir.

11h50. +78kg : Fontaine sur sa lancée de Tokyo
Médaillée d’argent au Grand Chelem de Tokyo début décembre, Léa Fontaine (Sainte Geneviève Sports Judo) utilise comme au Japon son o-uchi-gari comme arme fatale. La victime cette fois ? L’Italienne Erica Simonetti. Un mouvement que la vice championne de France suit bien au sol.



11h45. Mathieu passe à la trappe,  Tcheuméo en quart
Fortune diverse pour les deux judokas du PSG : le -90kg dans un combat équilibré face à l’Azerbaidjanais Eljan Hajiyev, vingt et un ans et troisième au Portugal la semaine dernière, prend un waza-ari cruel à trente secondes de la fin du temps réglementaire sur un contre. Hajiyev n’attendait que cela et retourne le Français après une tentative de sode-turi-komi-goshi de ce dernier.
Sur le tapis n°4, Audrey Tcheuméo n’aura pas eu à forcer face à la Lituanienne Migle Dudenaite, très inférieure en puissance. Trois shidos rapidement tombés qui sanctionnaient une diifférence évidente de niveau. Comme Madeleine Malonga, direction le quarts de finale pour la double médaillée olympique où elle affrontera la Néerlandaise Guusje Steenhuis. Une gauchère qui avait battu Tcheuméo aux championnats d’Europe de Montpellier. De la revanche dans l’air.

11h30. +78kg : Dicko met le turbo
Premier combat pour la championne du monde 2022 et championne d’Europe du PSG Judo. Face à la Tunisienne Zeineb Troudi, 117e mondiale et cinquième des championnats du monde cadets 2023 l’été dernier, Romane Dicko poussait son adversaire sur le dos puis la gardait en immobilisation sur la première séquence. Sur le tapis n°1, Anne-Fatoumata M’Bairo (RSC Champigny), championne de France en titre, subissait, elle, le sasae-tsuri-komi-ashi de Kayra Ozdemir (ex Ketty Mathé). 

11h25. -78kg : Posvite éliminée, Hamada aussi
C’est fini pour Fanny-Estelle Posvite (RSC Champigny), l’une des trois combattantes de la catégorie encore en course pour le dernier ticket olympique. Elle est battue par Alina Boehm, double championne d’Europe en titre. Un premier waza-ari sur un o-soto-gari sur une préparation en toupie et, surtout, un juji-gatame imparable. Au même moment, Madeleine Malonga dispose facilement de la Chypriote Zanet Michaelidou, septième des Monde juniors 2023. Un o-uchi-gari très collée comme elle aime puis un yoko-shiho-gatame. Au prochain tour, le niveau sera tout autre : Alice Bellandi, n°2 mondiale et vice championne d’Europe. Un très gros combat attend Malonga. 

11h05. +100kg : Et Teddy entra dans l’arène
Le voilà le moment que tout le monde attendait. L’entrée en scène de Teddy Riner. Le champion du monde français en titre revient aux affaires. Face à lui, le Kazakhstanais Galymzhan Krikbay. Un judoka plus petit et bien planté sur ses pieds qui ne pourra toutefois que constater la supériorité du Français. Trois shidos dans la musette pour l’Asiatique et un premier combat sérieux et parfaitement géré par la légende française. Défaite en revanche pour Jospeh Terhec (US Orléans Loiret JJJ) aux pénalités face Yerassyl Kazhybayev, 3e au Grand Chelem de Bakou en septembre et 37e mondial. Tieman Diaby (Racing Club de France Judo), s’impose facilement au Monégasque Marvin Gadeau. Le champion de France 2023 profite d’un mauvais placement de son adversaire pour le pousser sur le dos puis le garder au sol. 

10h55. -100kg : Il n’y a plus de Français en lice
Ils étaient trois à combattre en même temps : Marc-François NGayap, face au nouveau prodige japonais, Dota Arai. Un junior de 19 ans, en course pour la titularisation olympique, de l’université de Tokai. Un combat que l’aîné des frères NGayap, du club des Arts martiaux d’Asnières, perd au sol.
Sur le tapis n°4, Aurélien Diesse (ESBM Judo) prend deux waza-ari du Canadien dont un ko-uchi makikomi à droite. Reyes, vice champion du monde 2022, bat donc d’entrée le n°1 français.
Sur le tapis n°1, autre duel franco-canadien et autre défaite tricolore après les trois pénalités données à Cédric Olivar face à Shady El Nahas. Auparavant, Alexandre Iddir s’était incliné face au Kosovar Zekaj.

09h55. -78kg : Versmisse out, Malonga et Tcheuméo in
Championne de France en titre, la judoka du PSG Judo, Lyse Versmisse aura, comme à son habitude, joué sa carte à fond. Un peu trop peut-être ? La Biélorusse Darya Kantsavaya, vingt-cinq ans, à l’aise sur ura-nage lançait plusieurs alertes sur ce mouvement alors que la Tricolore venait se coller. Une d’elles allait finalement être la bonne, mettant Versmisse sur le dos.
Pas de combat pour Madeleine Malonga (ESBM Judo). En effet, l’Ukrainienne Yelyzaveta Lytvynenko, qui l’avait battue début novembre à Montpellier, a failli hier soir à la pesée. Une sacrée épine du pied enlevée de la vice championne olympique française. Audrey Tcheuméo (RSC Montreuil Judo) prend son temps pour battre Marie Branser, ancienne Allemande devenue guinéenne. De l’application et un tani-otoshi qui réveille le public déjà bien présent dans les travées de l’AccorArena. 
Côté Japonais, Mami Umeki est déjà dehors, battu sèchement par un ko-soto-gake de Yuliia Kurchenko, l’autre Ukrainienne de la catégorie. Shori Hamada, la championne olympique de Tokyo, passe au prochain tour grâce à son ne-waza. Rappelons que dans cette cétégorie c’est Rika Takayama qui sera à Paris fin juillet. En +78kg, Coralie Hayme (JC Maisons-Alfort), en bronze la semaine dernière au Portugal s’incline d’entrée face à l’Italienne Asya Tavano, aux pénalités. 

09h30. -100kg : Olivar et Iddir continuent leur route
Onzième Grand Chelem de Paris pour Alexandre Iddir (FLAM 91), champion de France en titre. Opposé à l’Allemand George Udsilauri, 20 ans et 32e mondial, le double médaillé européen trouve la faille après 2’36 de golden score sur un o-soto-gari à gauche. Prochain tour contre le Kosovar Shpati Zekaj, vainqueur des Jeux de la Francophonie l’été dernier à Kinshasa. Cédric Olivar (Sainte Geneviève Sports Judo) dispose de son côté de l’Italien Jean Carletti, champion d’Europe juniors début septembre à La Haye. Un contre sur l’arrière et voilà le vice champion de France qui affrontera le Canadien Shady El Nahas. Un des gros morceaux de cette catégorie des -100kg à la densité effrayante.
Dernier -90kg à entrer en lice, Maxime NGayap Hambou (Arts martiaux Asnières), qui n’a plus combattu depuis le Grand Chelem de Bakou en septembre, bat le Coréen Juyeop Han aux pénalités, l’activité du Français étouffant totalement le combattant asiatique. Prochain combat contre le Gabonais Paul Kibikai. 

09h05. -90kg : Mathieu et Clerget faciles
Un yoko-tomoe-nage sur lequel Ivaylo Ivanov pontait sur la tête et voilà Axel Clerget (Sucy Judo), cinquième à Tokyo, qui retrouvera l’Italien Christian Parlati, son bourreau lors du combat pour le bronze dans la capitale japonaise. Sur le tapis n°3, Alexis Mathieu maitrise aisément le Gabonais Abdourahman Ceesay. Une immobilisation et voilà le judoka du PSG Judo Klen Kaljulaid, deuxième la semaine dernière au Portugal. Attention à la mauvaise surprise. Hugo Metifiot (Dojo Romanais), champion de France début novembre à Caen, s’incline lui face à l’Egyptien Ali Hazem après un tani-otoshi de l’Africain.
Rappelons que dans cette catégorie, le champion olympique géorgien Lasha Bekauri ne participera pas.

09h00. Début de ce troisième jour du Grand Chelem de Paris ! 
Un dimanche à ne manquer sous aucun prétexte : parce que, bien sûr, Teddy Riner sera de retour ici à l’AccorArena après son titre mondial en mai dernier à Doha. Ensuite, parce que le dernier ticket olympique français pourrait bien être connu ce soir pour la catégorie des -78kg.